L’importance de manger des fruits et légumes

Mes débuts avec la nourriture crue

Salut les Crudivores, ça baigne? Aujourd’hui je vais vous raconter mes débuts avec la nourriture crue, et comment j’ai constaté l’importance de manger des fruits et légumes. Mais si ce n’est pas encore fait, je vous recommande vivement de prendre conseil auprès d’un médecin avant de changer quoi que ce soit dans votre alimentation.

Le régime crudivore exige de consommer au moins 75% des repas dans leur état cru. Ainsi, ce régime encourage la consommation de beaucoup de fruits, légumes, traitements à base de plantes en plus de fruits secs.

Ce que je mangeais avant :

Avant de me lancer dans ce challenge (oui c’était un vrai challenge pour moi), je consommais beaucoup d’aliments transformés et j’étais un grand carnivore! Je savais déjà qu’il est important de manger des fruits et légumes, mais je ne me souciais pas. Mes journées n’étaient pas vraiment rythmée par mes repas, mais par mon travail. Et je mangeais quand j’avais le temps, surtout le weekend en fait. Mes repas journaliers ressemblaient à ça…

Le matin :

J’ai toujours été très matinal, je me réveil toujours entre 5h et 7h. Bien que le petit déjeuner n’était pas automatique, il était pour moi régulier. Lorsque je prenais le temps préparer un petit déjeuner je passais d’abord à la boulangerie la plus proche pour prendre du pain et deux trois trucs bien crasseux: beignets, croissants, pain au chocolat, chausson au pomme.

La viennoiserie que je kiffais le plus était la tresse aux noix de pecan.

C’est un poison délicieux car il est sucré, gras, croquant et moelleux à la fois.

Tresse aux noix de Pecan

Et si c’était le weekend, je prenais du jus d’orange 100% pur jus ( certes c’est que du fruit, mais c’est une énorme dose de sucre envoyé dans le corps). Je prenais aussi du beurre salé pour faire des tartines, de la charcuterie, des oeufs, du fromage et du café. Mais je dois avouer que ce genre de petit déjeuner était souvent le seul repas de la journée…

Le midi :

Lorsque je prenais ma pause déjeuner, je mangeais des trucs faciles et pas chers. Cela se résumait à un plat préparé à passer au micro-onde ou un club sandwich froid sous cellophane. Mais j’évitais de manger sur mon lieu de travail. Mais les weekends c’était jour de fête, il y avait souvent du monde à la maison et je préparais des plats plutôt bourratif du genre: quiche en entrée et poulet rôti avec de la patate douce…

Le souper :

Le soir était un moment d’échange et de détente pour moi, car j’avais besoin de me faire plaisir. Je préparais souvent des plats élaborés pour contenter les gros estomacs. Il y avait toujours des chips à grignoter avant de manger.

Il y avait les pâtes: Pâtes au citron (crème fraiche au citron et gorgonzola), pâtes aux tomates et aubergines, pâtes aux champignons, pâtes au saumon fumé, pâtes à la Bolognaise ou encore pâtes au beurre salé.

Les plats à base de riz: risotto au fromage, le riz cantonais, la paella, le risotto à la crevette, la salade riz maïs poulet, le riz au poulet curry, etc.

Et les jours de flemme intense, je passais simplement des pizzas surgelées au four. L’autre option était le burger frites ou le kebab frites.

Les repas sont pour moi un moment à partager. J’aime les grandes tablées bien vivantes. Mais le drame dans ces habitudes alimentaires là était que mes proches mangeaient comme moi, j’avais une mauvaise influence sur eux. Je devais changer.

A l’époque j’avais commencé des entraînements de football US le soir. Je faisais déjà du running le matin et j’avais toute la journée pour reposer mes jambes car je travaillais dans un bureau. Ce rythme me convenais, mais un soir d’entraînement je me fait un claquage du mollet lors d’une accélération. La cause était simple, selon moi je ne buvais pas assez d’eau. Il m’a fallut plusieurs jours pour m’en remettre avant de reprendre le running.

Après quelques séances, comme je me sentais mieux, je me suis lancé dans un entrainement un peu plus costaud sur 2 fois 12km. Et le sur lendemain la douleur est revenue bien que je buvais environ deux litres d’eau par jour.

Le déclic :

Après plusieurs semaines de repos, je vais voir un ostéopathe suite à un petit accident de voiture. Aller chez l’ostéopathe est comparable à défaire les noeuds de ses écouteurs, dans le sens ou on remet les fibres musculaires de ton corps à leur place (du moins on tante le coups). Ce jour là, en discutant avec l’ostéopathe, il m’apprend que mon foie est chargé car je mange trop mal. Et mes blessures au sport ne sont que les conséquences de mon alimentation dégénérée. Je devais changer ça.

Mon virage alimentaire :

 Comment j'ai changé d'alimentation

Mes débuts étaient difficiles, mais quand mon  corps s’est habitué à ma nouvelle alimentation, j’ai très vite constaté une amélioration de:

  1. mon moral,
  2. une disparition du coup de barre de la digestion,
  3. je me sent plus énergique,
  4. plus concentré,
  5. mes rétablissement après le sport sont plus rapides.

J’ai également pu constater une meilleure capacité à éviter la plupart des maladies saisonnières en conditions habituelles. (Avant j’étais parmi les premières personnes à attraper un rhume ou une bronchite). Mais mon virage alimentaire n’a pas été de tout repos!

Les changements graduels :

Si tu changes brutalement d’alimentation tu vas galérer comme un toxicomane qui veut arrêter la drogue.

  1. Primo, tu vas galérer si tu ne reçois peu ou pas de soutien de la part de tes proches.
  2. Secundo, ton corps n’est pas capable d’anticiper tes changements d’alimentation, il est toujours réglé sur les repas transformés qui sont toxiques pour lui.

Ainsi, ton corps aura besoin de subir une étape de nettoyage pendant laquelle tu crèvera la dalle comme jamais, des maux de tête et de la fatigue principalement (pour le reste je te passe les détails sordides).

Par conséquent, ma méthode pour commencer une alimentation crue était de réduire progressivement les mauvais aliments. Ajouter plus de fruits et de légumes à chaque repas est une excellente façon de commencer. Après quelques jours voir quelques semaines, il est possible de poursuivre un petit déjeuner cru, un déjeuner cru et ainsi de suite. Cela garantit que le corps ne sera pas surmené par un nettoyage trop rapide. Je consultais régulièrement un médecin pour faire le point sur ma santé et sur l’impact de mon alimentation sur mon corps.

Les grignotages

Grignotage

La faim était assez fréquente chez moi lorsque j’ai commencé le régime de nourriture crue, par conséquent je grignotais beaucoup, par exemple les avocats, les amandes, les noix et les produits à base de graines. Ces aliments sont pleins de calories riches en nutriments et de graisses saines qui m’aident à combler la faim.

Le truc sympa avec ces aliments, c’est qu’ils peuvent être consommés seuls dans un combinés ensemble dans un plat ou dans un smoothie!

Les légumes à feuilles

Les légumes à feuilles sont indispensables dans l’alimentation crus, car ils contiennent de nombreux nutriments essentiels. Ils ne te remplirons pas le ventre alors tu peux en manger en quantité. En plus ils sont parfait lorsqu’ils sont préparés en salades avec des avocats, des amandes, des noix et des produits à base de graines.

Les boissons

Les boissons sont également très importantes, car elles t’aident non seulement à l’hydratation. Mais elles t’aideront également à diminuer ta faim. Il est recommandé de boire 1 litre d’eau par jour, mais quand tu manges cru, il peut être essentiel de boire plus. Parce que ce régime a des niveaux élevés de fibres, qui absorbent l’eau dans le système digestif, et aussi plus il y a d’eau qui est éliminée, plus il est nécessaire de la remplacer.

La tisane, l’eau et les jus fraîchement pressés sont les liquides les plus utiles pour s’hydrater. Ils ne contiennent aucun élément nocif.

Les pièges alimentaires

Rester loin des pièges alimentaires est l’un de mes plus grands défis dans cette aventure. Pour les personnes qui mangent cru ou qui commencent une alimentation saine, la tentation est partout. Personnellement, des noix, des produits à base de graines ou des fruits secs sont utiles quand la faim frappe. Si t’es préparé, tu n’as rien à craindre…

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.